Aujourd'hui :

ivoireactu ivoireactu ivoireactu ivoireactu

Séri Joël, Salif Ousmane et Konaté Yacouba perdent huit doigts de la main

Séri Joël, Salif Ousmane et Konaté Yacouba perdent huit doigts de la main

Jet des pétards:

Source : www.ivoireactu.net

Document sans nom Si elle a pu constater dans les urgences médicales et chirurgicales, puis dans les salles d’accouchement ou salles de suite de couches, que la situation était assez calme, parce qu’il n’y avait pas eu de grands blessés de la voie publique, son indignation était en revanche à la hauteur de sa grande surprise. Si la route n’a pas tué ni fait de blessés graves, la grande imprudence des enfants et jeunes gens qui prennent plaisir à être de grands acteurs de la foire des pétards, a fait des victimes qui seront marquées à vie dans leur chair. Si dans les urgences chirurgicales du Chu de Cocody, un enfant vivant à Abobo qui s’est fait un ½il au beurre noir par les pétards a pu être rapidement pris en charge et a pu regagner la maison familiale, à l’hôpital général de Port-Bouët, le corps médical était face à un drame. Il devait sauver Salif Ousmane, né en 1985 et vivant à Gonzagueville. Ce dernier a eu trois de ses doigts ravagés par l’explosion d’un pétard dont il voulait se saisir pour riposter à une attaque.Il avait la main droite dans un bandage maculé de sang. A côté de lui, Konaté Yacouba, 11 ans, résidant au quartier Adjoukrou de Koumassi, une autre victime des feux d’artifice, avait aussi perdu un doigt. Un autre compagnon d’infortune, plus fortuné que les deux premiers a pu se faire poser des points de suture pour rentrer croquer le 31 décembre avec un doigt presque en moins. Le Chu de Yopougon, clou de cette tournée qui a eu pour différentes autres étapes les hôpitaux généraux de Bingerville, et de Marcory, a aussi enregistré des blessés par pétards. Le cas le plus critique a été celui de Séri Joël, cet élève de 22 ans qui a pourtant voulu jouer les bons samaritains en volant au secours d’une dame qui a reçu une salve de pétards. C’était à Niangon nord à droite.Se servant de ses mains pour l’en débarrasser, il a perdu suite à l’explosion quatre doigts de sa main droite. Après les premiers soins, il attendait d’être transféré au Chu de Treichville, au service de la chirurgie des mains. Le ministre a à nouveau sensibilisé les victimes aux méfaits de ce jeu dangereux et rappelé que le gouvernement a interdit l’usage des pétards. Au cours de cette visite des structures sanitaires, le ministre et sa délégation ont connu quelques moments de joie. Le Dr Raymonde Goudou Coffie a pu prendre dans ses bras, dans la maternité de l’hôpital de Marcory, la fille d’Aramata Fatoumata née le 1er janvier 2018 à zéros heure, avec un poids de 3 kg 400.

Tags:

A- A A+