Aujourd'hui :

ivoireactu ivoireactu ivoireactu ivoireactu

Deux sociétés de renommée mondiale s’engagent à fournir de l’information stratégique aux investisseurs

Deux sociétés de renommée mondiale s’engagent à fournir de l’information stratégique aux investisseurs

Côte d’Ivoire/Réforme des procédures fiscales :

Source : www.ivoireactu.net

Document sans nom Le cabinet d’intelligence économique et de conseil Oxford Business Group (OBG) et la firme Ernst & Young (EY) travailleront ensemble pour fournir de l’information stratégique aux investisseurs quant aux nouvelles règlementations et procédures fiscales en Côte d’Ivoire, indique un communiqué signé du premier cité, dont Abidjan.net a reçu copie. Les résultats de leurs recherches seront publiés dans un chapitre spécial de la prochaine publication d’OBG, The Report Côte d’Ivoire 2018. Depuis 2015, la Côte d’Ivoire a amorcé une réflexion en vue de mettre en place des mesures afin de combattre la fraude et l’évasion fiscale et d’améliorer la gouvernance fiscale et douanière et ainsi pérenniser les revenus de l’État. Dans le contexte de ce virage, Ernst & Young travaille étroitement avec le gouvernement ivoirien. La prestigieuse firme est l’un des cabinets collaborant le plus avec le Gouvernement Ivoirien sur divers projets tels que les grandes réformes fiscales actuellement en cours dans le pays et l’élaboration des différentes annexes fiscales, dont celle de 2018 dont l’objectif est de soutenir la politique de croissance économique et sociale du pays. Pour les associés EY Jean-François Albrecht et Eric N’Guessan respectivement Président Directeur Général et Tax leaderde EY en Côte d’Ivoire, « le grand défi du gouvernement ivoirien est de réussir à agrandir son assiette fiscale dans un environnement d’affaires où le secteur informel représente toujours une part significative de l’activité économique, tout en restant compétitif pour attirer les capitaux internationaux et en ne fragilisant pas le fragile tissu des entreprises locales qui cherchent à se structurer. » En dépit des efforts entamés par l’administration ivoirienne pour diminuer la bureaucratie et alléger le fardeau du secteur privé, les revenus provenant de la fiscalité demeurent limités notamment en raison de la chute du prix du cacao, des revendications sociales, et aussi de l’ampleur du secteur informel dans l’économie. De nombreuses entreprises locales et internationales dénoncent d’ailleurs la non compétitivité de la politique fiscale. Malgré la situation, les prévisions économiques sont positives. Avec un taux de croissance prévu de 7 % en 2017, la Côte d’Ivoire devrait demeurer l’une des économies africaines avec la croissance la plus rapide du continent. « Pour assurer le développement de l’économie ivoirienne, le gouvernement doit en faire davantage pour que tous les acteurs économiques participent et bénéficient d’un régime fiscal sur mesure. Les études lancées récemment pour réévaluer et réformer le système fiscal en le rendant plus attractif ne doivent pas seulement s’adresser aux grandes entreprises privées et aux investisseurs internationaux, elles doivent aussi inclure les PME ivoiriennes. Souvent délaissées, elles sont un des moteurs majeurs de l’économie et la plus grande source d’emplois. », a expliqué Clementine Clabault, Directrice d’Oxford Business Group en Côte d’Ivoire. The Report Côte d’Ivoire 2018 couvrira plusieurs aspects économiques en plus de la réforme de la fiscalité. Il sera notamment question des projets d’infrastructures majeurs en énergie, télécommunication et transport, de la capacité industrielle du pays et des différents modes de financement de l’économie ivoirienne. The Report: Côte d’Ivoire 2018 sera réalisé en partenariat avec Ernst & Young Côte d’Ivoire ainsi que le Centre de promotion des investissements en Côte d’Ivoire (CEPICI), la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), la société de bourse indépendante Hudson et Bilé-Aka, Brizoua-Bi & Associés.

Tags:

A- A A+