Aujourd'hui :

ivoireactu ivoireactu ivoireactu ivoireactu

la Russie a-t-elle influencé le Brexit via Facebook ?

la Russie a-t-elle influencé le Brexit via Facebook ?

Royaume-Uni:

Source : http://www.rfi.fr/europe/20171026-royaume-uni-russie-influence-brexit-facebook-lettre-zuckerberg

Document sans nom Après les Etats-Unis, le Royaume-Uni cherche à son tour à savoir si la Russie a mené une campagne d’influence et pesé sur la victoire du Brexit via les réseaux sociaux. Le réseau social Facebook se retrouve ainsi directement dans le collimateur de Westminster. Au Royaume-Uni, une commission parlementaire vient d’adresser une lettre au patron de Facebook, Mark Zuckerberg, pour savoir si les publicités ciblées ou les faux comptes d’utilisateurs russes actifs sur Facebook ont pu avoir un impact sur les deux dernières grandes échéances démocratiques du pays : le référendum sur le Brexit en 2016 et les élections législatives en juin 2017. Les députés demandent donc au réseau social de « fournir des détails concernant toute publicité et page achetée ou créée par des comptes liés à la Russie ». L’objectif est de récolter des exemples de pages ou de publicités, savoir combien d’argent a été dépensé pour les mettre en avant, combien de fois elles ont été vues et quels utilisateurs ont été ciblés parmi les 32 millions d'utilisateurs Facebook que compte le Royaume-Uni. Comme toujours, Facebook a promis de répondre à cette requête après l’avoir dûment examinée. La date limite est fixée au 7 novembre, un mois décidément chargé pour le réseau social qui doit aussi témoigner le 1er novembre devant le Congrès américain qui enquête lui aussi sur une possible influence de la Russie dans l’élection présidentielle de 2016 remportée par Donald Trump. Facebook a déjà révélé que des centaines de faux comptes probablement activés depuis la Russie ont été utilisés pour acheter des publicités afin de nourrir des tensions politiques aux Etats-Unis avant et après le scrutin. Pour sa défense, Facebook rappelle qu’il a amélioré en janvier son logiciel pour repérer plus facilement les fausses informations. Politique de l'autruche Mais le premier réseau social mondial est aussi confronté à des critiques internes venant d’anciens salariés qui accusent ses équipes d’avoir tendance à faire l’autruche face aux dérives de sa plateforme. Facebook n’est pas le seul à être critiqué pour son manque de réactivité. De plus en plus de journalistes et certaines personnalités politiques dénoncent le fait que le gouvernement de Theresa May n’a pas jugé bon de demander à l’équivalent britannique du FBI de se pencher sur le problème. A l'inverse des Etats-Unis qui enquêtent sur les interférences de la Russie. Seuls les médias britanniques et la commission électorale tentent d’y voir plus clair mais avec des ressources extrêmement limitées. Ces critiques s’inquiètent également de l’absence de réaction du principal mouvement d’opposition, le Parti travailliste ou Labour Party. Ils soupçonnent d’un côté le gouvernement conservateur qui s’est engagé à mener à bien le Brexit d’ignorer sciemment les éventuels agissements de la Russie lors du référendum, et de l’autre le Labour du très à gauche Jeremy Corbyn de ne pas vouloir critiquer la Russie de Vladimir Poutine.

Tags:

A- A A+