Aujourd'hui :

ivoireactu ivoireactu ivoireactu ivoireactu

La Place et le rôle des Rois et Chefs traditionnels dans la réconciliation nationale au centre d’un séminaire de la Chambre Nationale des Rois et Chefs Traditionnels

La Place et le rôle des Rois et Chefs traditionnels dans la réconciliation nationale au centre d’un séminaire de la Chambre Nationale des Rois et Chefs Traditionnels

Source : www.ivoireactu.net

Document sans nom Le siège de la Chambre Nationale des Rois et Chefs Traditionnels (CNRCT), dans la capitale politique Yamoussoukro a abrité du 9 au 11 octobre un séminaire des membres du Directoire sur le thème «De la nécessité de la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire : quelle place et quel rôle pour les Rois et Chefs traditionnels ?». Porté par la volonté de faire comprendre aux Rois et Chefs traditionnels la nécessité de se mettre ensemble pour aller à la réconciliation en vue d’entamer efficacement leur mission, le directoire de la CNRCT s’est fixé pour objectifs, à travers ce séminaire de Situer les fondements sociologiques des limites du droit positif moderne dans le contexte socioculturel ivoirien - Indiquer les déterminants sociologiques des faiblesses du droit coutumier dans les ensembles ethnoculturels en Côte d’Ivoire - Proposer un modèle de complémentarité entre le droit moderne et le droit coutumier dans la dynamique sociale en cours en Côte d’Ivoire. ‘’Nous nous réunissons, à l’occasion du deuxième séminaire initié par notre institution, la CNRCT, pour entrer de plain – pied et en synergie, dans notre mission de réconciliation des ivoiriens, en nous obligeant à la réflexion, autour de ce thème, « de la nécessité de la réconciliation nationale en CÔTE D’IVOIRE : quelle place et quel rôle pour les Rois et Chefs Traditionnels ? Cette interrogation nous impose un engagement responsable et des actions concrètes, conscients de nos missions au sein de la Chambre et de notre qualité de réconciliateurs des peuples’’, indiqué d’entrée le président de la CNRCT, le Roi Awoulae Amon TANOE Désiré. Invité à présenter une communication sur la réconciliation nationale et ses enjeux, le Pr KOUAKOU N’guessan François Sociologue, anthropologue Professeur Titulaire et Président Honoraire de l’Université Alassane Ouattara a rappelé que ‘’le processus de la réconciliation nationale est un processus long et complexe’’. Et donc il y va de la coresponsabilité de tous, a-t-il indiqué. ‘’Dans ce champ de la quête du pardon partagé, la CNRCT-CI a un rôle important à jouer. Elle qui à longueur de journée est confrontée aux litiges, incompréhensions et querelles de ses administrés au plan local. Aujourd’hui, il lui revient de porter sa mission à un niveau collectif et de portée nationale. Elle doit s’y préparer sérieusement et y entreprendre cette mission avec foi et détermination. L’objectif, de portée sociale, civique et même patriotique, requiert la mobilisation de tous. La CNRCT-CI est concernée au plus haut niveau. Ce sont les résultats de son engagement qui, à terme, s’ajouteront à d’autres, dans d’autres instances, pour apporter la PAIX en Côte d’Ivoire ; cette PAIX qui, a-t-on dit, n’est pas seulement un mot mais un comportement ; ce sera l’équilibre social retrouvé pour le bonheur de tous. Dans un processus itératif continu’’, a-t-il exhorté. Le Prof ABE N’DOUMY NOEL Sociologue, Anthropologue Enseignant chercheur Université Alassane Ouattara a repris à son compte la citation du Professeur Laciné Sylla: « Le conflit est inhérent à toute société humaine et constitue de ce fait même le principal facteur structurel de l’historicité des sociétés ». Cette lecture du conflit ne signifie pas qu’il faille faire l’apologie des conflits, a-t-il expliqué. Poursuivant, le Prof ABE N’DOUMY NOEL a indiqué qu’à certains égards, bien qu’il soit le moteur du changement social, le conflit est aussi et surtout source de désordre, de perturbations et de bouleversements des valeurs, des normes et des lois de la société. C’est pour cette raison qu’à la suite des conflits, la réconciliation s’impose comme une nécessité incontournable. ‘’L’½uvre de la réconciliation en cours, fait à présent appel aux Rois et chefs traditionnels. Il s’agit d’une démarche inédite. La tâche est certes, immense et ardue. Mais l’espoir est permis pour les atouts dont disposent ces acteurs sociaux. Les atouts dont il s’agit sont les valeurs sociales et humaines africaines auxquelles les ensembles culturels ivoiriens croient encore. Ce sont ces valeurs essentielles qui vont servir d’appui aux Rois et Chefs traditionnels. La réconciliation nationale est possible parce que ces Rois et Chefs traditionnels sont eux-mêmes l’incarnation de ces valeurs qui sont : la sagesse, l’humanisme, l’humilité et la solidarité’’, a-t-il conclu. ‘’Le Directoire, au nom de la Chambre Nationale des Rois et Chefs traditionnels, s’engage fermement à s’élever au-dessus de toutes les mêlées y compris ses propres contradictions, Dans l’union véritable, sincère, à parler d’une même et seule voix et à appeler tous ses enfants à la repentance, au pardon et à la réconciliation dans l’intérêt supérieur de la nation ivoirienne’’, s’est engagé le président de la CNRCT. Ce séminaire est le second qu’organise la Chambre Nationale des Rois et chefs traditionnels, après celui de décembre 2016, qui avait pour thème « les attitudes et contributions des Rois et Chefs Traditionnels pour la paix et la promotion démocratique en CÔTE D’IVOIRE ».

Tags:

A- A A+