Aujourd'hui :

ivoireactu ivoireactu ivoireactu ivoireactu

Des Etats membres invités à libérer leur quote part dans la recapitalisation du FAGACE

Des Etats membres invités à libérer leur quote part dans la recapitalisation du FAGACE

Financement du secteur privé

Source : www.ivoireactu.net

Document sans nom La 9ème session ordinaire du conseil des gouverneurs du Fonds africain de garantie et de coopération économique (FAGACE) s’est tenue le vendredi 29 septembre 2017 à Abidjan, à la direction générale du Trésor et de la comptabilité sise à l’immeuble Sogefiha. Au cours de la réunion à laquelle ont pris part les ministres en charge de l’Economie et des Finances des Etats membres (pays de l’Uemoa, Tchad, Cameroun, Centrafrique, RDC), il a été procédé à l’examen des états financiers, de la mise en ½uvre du plan stratégique de redynamisation et de la libération du capital. Et à l’issue des travaux, le Sénégal a cédé sa place à la Mauritanie à la tête du conseil d’administration. Le ministre Adama Koné a rappelé qu’il avait été décidé, au cours d’une réunion du conseil des ministres qui s’est tenue en 2010 à Abidjan, de mobiliser tous les Etats autour de la recapitalisation du fonds à hauteur de 16,73 milliards Fcfa, pour assurer la survie de l’institution et sa relance économique. Sept ans plus tard, le ministre de l’Economie et des Finances du Sénégal, Amadou Ba, par ailleurs président en exercice du conseil des gouverneurs, regrette que des Etats membres trainent encore les pieds. Si certains ont commencé à libérer leur quote part, ce n’est pas le cas des autres qu’il appelle à prendre « des mesures diligentes pour la libération des fonds à bonne date de l’échéance. » Au regard de la situation financière et des besoins financiers des projets dans les Etats membres, explique-t-il, le FAGACE qui joue un important rôle catalyseur de flux financiers dans le développement économique des différents pays, particulièrement en faveur du secteur privé, a besoin de moyens pour être efficace. C’est pourquoi Amadou Ba invite les Etats membres à tenir leurs engagements afin de lui permettre de mener à bien les nouvelles orientations. « Aujourd’hui, le FAGACE doit se réinventer pour s’adapter aux nouveaux modèles économiques et à un continent en pleine mutation », insiste-t-il.

Tags:

A- A A+