Aujourd'hui :

ivoireactu ivoireactu ivoireactu ivoireactu

Ouverture à Yamoussoukro de la 120e session du Conseil International du Café

Ouverture à Yamoussoukro de la 120e session du Conseil International du Café

Source : www.ivoireactu.net

Document sans nom Pour la première fois de son histoire, la Côte d’Ivoire, troisième exportateur de café au monde accueille la 120e session du Conseil International du Café dont la cérémonie d’ouverture à eu lieu ce jeudi à Yamoussoukro. Prenant la parole, le président par intérim du Conseil International du Café, M. Aly Touré a remercié toutes les délégations (les 50 pays membres de l’ICCO dont 43 pays producteurs et 7 pays consommateurs) d’avoir fait confiance à la Côte d’Ivoire pour l’organisation de la 120e session du conseil international du café, espérant que les résolutions qui sortiront permettront à la Côte d’Ivoire de passer de manière effective à une économie caféière durable. Pour lui, cette session va permettre de créer toutes les conditions pour que la chaine de valeur du café soit une réalité en mettant un accent particulier sur les prix payés aux paysans. « La Côte d’Ivoire est activement attentive aux conclusions des travaux de la présente session desquelles elle souhaite que des stratégies et actions vigoureuses soient décidées aux fins de faire du Café une source vraie de développement économique durable » a rassuré le Ministre du Commerce, de l’Artisanat et de la Promotion des PME, Souleymane Diarrassouba, représentant le Premier Ministre ivoirien. Dans cette perspective, le Gouvernement a pris des mesures importantes pour améliorer la gouvernance des filières agricoles, augmenter de manière significative le budget national consacré à l’investissement dans le secteur agricole à travers le Programme national d’investissement agricole (PNIA) évalué à 2.040 milliards de francs sur cinq ans, engager une profonde réforme du système de formation agricole, et lancer un vaste chantier sur la mécanisation agricole. Le ministre a par ailleurs rappelé cette ambition politique volontariste traduite, depuis quelques années, par la mise à exécution du programme de relance caféière. La Côte d’Ivoire vise en 2020 un niveau de production de 200.000 tonnes et un taux de torréfaction de l’ordre de 50% alors que la production nationale actuelle se situe à 106.000 tonnes. « C’est un défi majeur que nous tenons à relever et ce, avec le concours de nos partenaires traditionnels et les appuis de tous les pays amis » a rappelé M. Diarrassouba appelant à une mutualisation des moyens et autres ressources de recherche et de vulgarisation des fruits de la recherche, la mise en place de mécanismes d’accompagnement des politiques et des programmes de modernisation de la culture du café et de renforcement des capacités des caféiculteurs, des appuis divers notamment aux programmes de promotion de la consommation des produits issus du café. L’OIAC qui existe depuis 1960, est un organisme intergouvernemental dont l’objectif est de montrer le rôle prépondérant du Café dans le développement socio-économique de l’Afrique. Il s’agit par conséquent d’un instrument d’éradication de la pauvreté auquel la Côte d’Ivoire a adhéré depuis 1960. La Cote d’Ivoire, troisième producteur africain de Café, et par ailleurs membre fondateur de l’OIC, entend en collaboration avec les 24 autres membres de l’Organisation, participer à la renaissance du Café Africain.

Tags:

A- A A+