Aujourd'hui :

ivoireactu ivoireactu ivoireactu ivoireactu

CLUB ESPRIT : Didier Acouetey fait un pas sur la planète de l’emploi

CLUB ESPRIT : Didier Acouetey fait un pas sur la planète de l’emploi

Source : www.ivoireactu.net

Document sans nom Les invités de la 8ème édition du CLUB ESPRIT ont accompagné le président d’AfricSearch dans son exercice favori. La chasse de (grosses) têtes, dont il est devenu une référence, en Afrique. Jeudi 7 Septembre, Azalaï Hotel. L’évènement se déroule entre 19h et 21h. Face aux convives, dans le divan de Cheick Yvhane (Directeur de la rédaction), Didier Acouetey distribue les cartes. Les curricula n’ont plus de secret pour celui qui sillonne le monde à la recherche de nouvelles pépites. UNE DÉMARCHE QUALITÉ. D’abord sa perception du marché formation - emploi (ou entrepreneuriat). Ensuite, sa vision de la gestion des ressources humaines. Enfin, ses solutions pour une optimisation de l’écosystème africain. Sur tous ces tableaux, le diagnostic de l’expert est clair : « Les acteurs doivent mettre en place un environnement dynamique et flexible. Pour permettre aux africains diplômés (ou non) de se tailler un excellent profil pour le marché ». Pour se faire comprendre de son auditoire, le diplômé de Havard Business School explique que « les mutations actuelles conduisent à la mise en place d’une autoroute des ressources humaines ». Et d’ajouter « Dans quelques années, les entreprises vont favoriser une planète (dynamique) de l’emploi, avec ses étoiles ». Les compétences professionnelles seront donc variées et les relations sociales devraient permettre de sortir du principe de job direct. C’est-à-dire que les futurs profils devraient pouvoir exercer un autre métier que celui pour lequel ils ont été formés (à la base). Faut-il s’en inquiéter ? UN OPTIMISTE MESURÉ. Les compétences devraient alors s’adapter, au fur et à mesure, aux nouvelles exigences du marché. Surtout que de nouveaux métiers vont voir le jour. Selon le speaker du Club Esprit, « plus de 60 % des métiers sont amenés à disparaître, dans une vingtaine d’années ». Le togolais admet que les cerveaux (de la diaspora) ne peuvent – et ne doivent - pas tous revenir sur le continent. Pour preuve, « il n’y a pas assez de débouchés pour les cadres de la diaspora sur le continent », lance-t-il à son auditoire, avec un sourire. Les politiques africaines doivent créer un environnement propice pour encourager et faciliter le retour au bercail. Cela passe aussi par des initiatives - de développement - accrues sur le continent, renchéri le manager. Son modèle de réussite en a fait un véritable « afro-optimiste ». À 48 ans, il inspire des millions de jeunes africains, diplômés. Au quotidien, avec son équipe, Didier Acouetey les recommande. Sur son tableau, plus de 1000 cadres africains recrutés pour les multinationales. UN INSTINCT DE RECRUTEUR. Les invités ont pu se rendre compte de la dextérité et la perspicacité avec lesquelles le président d’AfricSearch chasse. Le speed job dating organisé par l’équipe de 2A Consulting a permis à Didier Acouetey d’auditionner deux profils, devant l’assistance. Pour le poste de Directeur pays d’une agence de communication, en Afrique de l’Ouest. Les candidats se sont prêtés au jeu. Le recruteur a tranché, avec sa formule fétiche : « je n’ai pas encore dit mon dernier mot ». Par ailleurs, au titre des invités de marque, de nombreuses personnalités : Sidi Tiémoko Touré (Ministre ivoirien de la Jeunesse et de la promotion de l’emploi), Gilles Atayi (Directeur Général de G&A Consulting Group), Daouda Coulibaly (Directeur Général SIB), Dramane Ouattara (PDG Canta Holding), Sylviane Claude Fontaine (Directrice Générale de la Fondation Benianh International)… In fine, les jeux (et tirage au sort) ont permis à certains invités de repartir avec des lots d’annonceurs (Un billet d’avion de Air Côte d’Ivoire ; des produits de SUNU Assurances…). Les autres n’ont pas boudé le cocktail et la séance de dédicace (+ photo) avec Didier Acouetey.

Tags:

A- A A+