Aujourd'hui :

ivoireactu ivoireactu ivoireactu ivoireactu

Afrique du Sud: le gaz de schiste pour être moins dépendant du charbon

Afrique du Sud: le gaz de schiste pour être moins dépendant du charbon

Source : http://www.rfi.fr/emission/20170523-afrique-sud-le-gaz-schiste-etre-moins-dependant-charbon

En Afrique du Sud, l’exploration de gaz de schiste pourrait bientôt débuter. Le mois dernier, le gouvernement a donné son feu vert pour le lancement des opérations de forage. Et selon PASA, l’Agence sud-africaine de Pétrole, Pretoria envisage d’attribuer les premières licences d’exploration à partir du mois de septembre. L’Afrique du Sud, ultra dépendante au charbon pour produire de l’électricité, souhaite développer l’utilisation de gaz de schiste dont elle aurait d’importantes réserves.
 
Selon la directrice de l’Agence sud-africaine de Pétrole, les premières licences pourraient être attribuées à partir de septembre. Cinq demandes de permis ont été examinées précise Lindiwe Mekwe. Et l’agence doit prochainement faire part de ses recommandations au ministre des Ressources minérales pour qu’il puisse décider de l’attribution des permis. On connait déjà trois des postulants : l’Anglo-néerlandais Shell, l’Australien Bundu Oil and Gas, et le groupe Facon Oil & Gas, basé en Irlande.
 
L’Afrique du Sud, qui a levé son moratoire sur le gaz de schiste il y a 5 ans, semble donc déterminée, mais ses projets pourraient encore être retardés. Agriculteurs et fermiers de la région du Karoo dans la province du Cap Orientale, où les principaux gisements ont été identifiés, ont saisi la justice. L’extraction du gaz de schiste se fait par fracturation hydraulique ; c'est-à-dire l’injection d’eau et de produits chimiques dans la roche. Un procédé hautement polluant pour les nappes phréatiques ... dans une région déjà très aride.
 
Incertitudes sur le volume de gaz dans les sols
 
Des incertitudes subsistent également quant à la valeur de ces gisements. Selon l’agence américaine d’information sur l’énergie, le pays détiendrait plus de 11 milliards de mètres cubes de réserves de gaz de schiste, soit de quoi produire suffisamment d’énergie pour plus d’un siècle, au rythme de la consommation actuelle. Mais certains spécialistes énergétiques ne sont pas convaincus.
 
En l’absence d’exploration, il est difficile l’évaluer la quantité réelle de gaz de schiste, de déterminer son taux de récupération, et sa rentabilité. Difficile donc de savoir si ce gaz non conventionnel peut être une réelle alternative au charbon, auquel le pays tente de réduire sa dépendance.
 

 

Tags:

A- A A+