Aujourd'hui :

ivoireactu ivoireactu ivoireactu ivoireactu

Il y a 25 ans, l'assassinat du juge Falcone : "Ces images sont impossibles à effacer, elles sont une blessure trop profonde pour notre génération"

Il y a 25 ans, l'assassinat du juge Falcone : "Ces images sont impossibles à effacer, elles sont une blessure trop profonde pour notre génération"

Source : www.ivoireactu.net

C’était il y a 25 ans. Le 23 mai 1992, le juge Giovanni Falcone était tué dans l'explosion de sa voiture en Sicile. L'assassinat de ce magistrat symbole de la lutte anti-mafia agira comme un détonateur. Toute une société se réveille alors pour dire "non" à Cosa Nostra. À Palerme, ce funeste jour est encore dans toutes les mémoires.
 
"J'ai entendu l'explosion. Il était 17h58."
 
Chaque Palermitain se souvient où il se trouvait ce 23 mai 1992 lorsqu'un détonateur est actionné depuis la colline qui surplombe l’autoroute à la sortie de l’aéroport de Palerme. La voiture de Giovanni Falcone est pulvérisée par une demi-tonne d’explosifs. Le photographe Antonio Vassallo est l’un des premiers à arriver sur place. "J’ai entendu l’explosion. Il était 17h58. J’ai sauté sur mon scooter. La scène que j’avais sous les yeux était digne des films de guerre américains. Les oliviers aux racines centenaires avaient été arrachés du sol. Un bout d’autoroute avait disparu, remplacé par un cratère. Et au sommet de ce cratère : la voiture blanche de Falcone.
 
Le soir même nous nous sommes rendus sur cette colline avec quelques amis. Pour peindre un gigantesque message "Non à la mafia".
Antonio Vassallo, photographe sicilien
 
Les assassins de Falcone, membres de Cosa Nostra, ont été condamnés. Antonio, lui, intervient encore aujourd'hui auprès de lycéens lors de voyages scolaires en Sicile. Cette initiative pédagogique a été imaginée par Dario Riccobono, l'une des figures de l’anti-mafia, dont l'association Addio Pizzo fédère aujourd’hui un millier de commerçants palermitains qui refusent de se faire racketter par la mafia. "Nous essayons de la soigner d’abord par la mémoire, pour que leur sacrifice ne soit pas vain, et puis par le travail, raconte celui qui avait 13 ans à la mort de Falcone. Falcone disait : 'Chacun porte une part de responsabilité'. C’est la seule (...) 

 

Tags:

A- A A+