Aujourd'hui :

ivoireactu ivoireactu ivoireactu ivoireactu

«Elle» n'est plus: disparition de la comédienne Emmanuelle Riva

«Elle» n'est plus: disparition de la comédienne Emmanuelle Riva

Source : http://www.rfi.fr/france/20170128-emmanuelle-riva-disparition-cinema-hiroshima-amour-haneke

En France, la mort d'une grande actrice, Emmanuelle Riva à l'âge de 89 ans. Elle est décédée des suites d'un cancer, selon le journal «Le Monde» qui a donné l'information. Emmanuelle Riva restera dans les mémoires pour deux rôles inoubliables aux deux extrémités de sa vie, deux rôles qui entrent étrangement en résonance.
 
Emmanuelle Riva, c’est une voix et c’est aussi deux images de cinéma, celle de la jeune femme douce, Elle, du film d’Alain Resnais Hiroshima mon amour (1959) et celle de la punkette ébouriffée et rieuse qui, en 2013, coiffa au poteau ses rivales pour recevoir le César de la meilleure actrice pour son rôle poignant dans Amour de Michael Haneke.
 
D'abord, Hiroshima mon amour. Dans la ville martyre dévastée par les bombardements nord-américains, Emmanuelle Riva joue une actrice prise de passion pour un Japonais. Une tragédie qui rappelle au personnage ce qu'elle a vécu en France, femme tondue pour avoir aimé un Allemand. Un film adapté d'une oeuvre de Marguerite Duras qui fait entrer le cinéma dans la modernité après-guerre. La vie et la mort, la vie et l'amour...
 
Emmanuelle Riva rejoue cette tragédie plus de 50 ans plus tard dans Amour de Michael Haneke. Palme d'or à Cannes et César de la Meilleure actrice pour son interprètation bouleversante d'une femme de plus de 80 ans, confrontée à la fin de vie, aux côté de son mari dans le film, Jean-Louis Trintignant.
 
Une comédienne exigeante
 
Ces deux films, à chaque extrémité de sa carrière, incarnent la gamme des émotions dont l’artiste jouait sur les scènes de théâtre et à l’écran. Interprète rare, Emmanuelle Riva a joué dans des films comme Le Huitième jour (1960), de Marcel Hanoun, Leon Morin, prêtre (1961), de Jean-Pierre Melville, Thérèse Desqueyroux (1962) ou encore Les Yeux, la bouche, de Marco Bellocchio (1982) ou Liberté, la nuit de Philippe Garrel (1983).
 
Née en avril 1927 dans les Vosges dans une famille modeste d’origine italienne, Emmanuelle Riva a fait ses premiers pas sur les planches à l’Ecole de la rue Blanche. Répertoire classique (Euripide, Molière, Shakespeare) ou contemporain (Harold Pinter, Luigi Pirandello, Nathalie Sarraute), elle multiplie les prestations. L’un de ses derniers rôles, en 2014 -au Théâtre de l’Atelier, à Paris, sous la direction de Didier Bezace- lui permet de retrouver Marguerite Duras. Elle y interprète alors Madeleine dans Savannah Bay de Marguerite Duras.
 
Un rôle mythique créé par Madeleine Renaud, autre grande figure du théâtre, et une boucle presque bouclée. Mais on pourra retrouver la comédienne dans les prochaines semaines puisqu'elle est à l'affiche de Paris Pieds nus, film du duo Abel et Gordon et de Marie et les Naufragés de Sébastien Betbeder. Deux comédies, deux clins d'oeil à la vie.

 

Tags:

A- A A+