Aujourd'hui :

ivoireactu ivoireactu ivoireactu ivoireactu

Irak: l’artillerie en action pour la libération de Mossoul

Irak: l’artillerie en action pour la libération de Mossoul

Source : http://www.rfi.fr/moyen-orient/20161025-reportage-irak-artillerie-action-liberation-mossoul

L'offensive pour la libération de Mossoul entre dans sa deuxième semaine. Très peu de confrontations directes ont lieu entre les forces irakiennes et le groupe Etat islamique. Les jihadistes refusent de livrer bataille. Leur stratégie est de lancer à pleine vitesse des véhicules piégés contre les lignes de l'armée. Les militaires ripostent par des bombardements. Une cinquantaine de villages ont été libérés mais les forces irakiennes et alliées avancent lentement.

A minuit, comme tous les jours depuis une semaine, l'artillerie lourde de l'armée irakienne entre en action. Sur la première ligne du front un officier de liaison scrute l'horizon, il détecte les mouvements suspects et transmet les coordonnées des cibles jihadistes. « Nous sommes en train de détruire les positions de Daech à l’artillerie lourde. Il y a eu 12 tirs pour le moment, 12 tirs d’artillerie lourde », explique Rafed Zaydi, membre des forces spéciales irakiennes.

A l'aube les missiles des forces spéciales américaines prennent le relais. Ils transpercent le ciel. Une plus longue portée, davantage de précision : sur le terrain les soldats irakiens reconnaissent leur efficacité. « Tous ceux qui nous aident sont des héros, témoigne Ziad Nateq, sous-officier d’infanterie. Nous allons libérer Mossoul. Les combats sont rudes mais dès qu’on aura brisé les lignes, ça sera plus simple. Pour l’instant nous avons surtout peur pour les civils de Mossoul. »

Non loin de là un détachement français d’artillerie de 150 hommes pointe également ses quatre canons Caesar en direction de Mossoul. A l’abri des regards ils ciblent les avant-postes des jihadistes.

Attaques à la voiture piégée

Principale difficulté pour les troupes de Bagdad à l'offensive : c'est le groupe Etat islamique qui impose son rythme. Il n’y a pas de confrontation directe dans cette région, regrettent des soldats rencontrés sur le front. Les jihadistes ont adopté leur stratégie classique, basée sur les voitures piégées : des kamikazes au volant de ces véhicules foncent vers les lignes de l’armée irakienne et tentent le plus souvent d’atteindre les véhicules blindés. Seul moyen pour les stopper : des tirs de roquettes ou d’artillerie lourde.

Aux avant-postes, les forces spéciales irakiennes ont tout de même réussi à faire reculer les jihadistes mais les zones reconquises sont dévastées. Les villages sont en ruines. Une vision apocalyptique. La région désertique et poussiéreuse au sud de Mossoul est plongée sous une chape de nuages noirs. Des puits de pétrole allumés par les djihadistes brûlent sans interruption depuis trois mois. L’air, irrespirable, est chargé de vapeurs toxiques étouffantes depuis l’explosion d’une usine de soufre détruite vendredi par le groupe Etat islamique.

Vers un afflux massif de déplacés en raison de la bataille de Mossoul

Les Nations unies et les ONG présentes en Irak se préparent à un afflux massif de déplacés en raison de la bataille de Mossoul. Ce sont plusieurs centaines de milliers de personnes qui pourraient fuir les combats dans les prochains jours. Pour l'instant, le flux de déplacés reste modeste, car les habitants de Mossoul dans leur grande majorité n'ont pas encore été en mesure de fuir la ville.

« Pour les civils qui sont à Mossoul, qui sont à l'intérieur de la ville, il n'y a pas encore de passage qui leur permettrait de fuir, et d'essayer de trouver des zones de refuge, ou d'accéder à une aide médicale. En revanche, il y a des civils qui se trouvent dans les alentours de Mossoul, et dans les villages autour de la ville, parmi ceux-là certains s'enfuient vers d'autres zones, raconte Sara Al Zawqari, porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge en Irak. Je suis actuellement à Erbil, dans le nord de l'Irak, et d'après ce que nous constatons sur le terrain, c'est qu'une hausse très importante du nombre de blessés dans les hôpitaux, au cours des derniers jours. Le Comité international de la Croix-Rouge a donc déployé une aide supplémentaire pour ces hôpitaux et ces infrastructures médicales, en raison de cette augmentation du nombre de blessés. »

Tags:

A- A A+