Aujourd'hui :

ivoireactu ivoireactu ivoireactu ivoireactu

JO 2024: le président du CIO Thomas Bach a quitté Paris «impressionné»

JO 2024: le président du CIO Thomas Bach a quitté Paris «impressionné»

Source : http://www.rfi.fr/france/20161002-jeux-olympiques-2024-paris-bach-cio-president-candidature-hollande

La candidature de Paris à l’organisation des Jeux olympiques 2024 semble en bonne voie après la visite ce week-end du président du Comité international olympique, Thomas Bach. Impressionné par ce qu’il a vu, cet ancien escrimeur a jugé que Paris 2024 touchait tous les points de l’agenda fixé par le CIO en 2013.

Dernière ville candidate visitée après Los Angeles et Budapest qui avaient été inspectées l’hiver dernier, Paris a fait forte impression auprès de Thomas Bach, le président du Comité international olympique (CIO) qui a passé 24 heures dans la capitale française ce week-end afin d’en évaluer le potentiel en vue de l’organisation des Jeux olympiques de 2024. Encadré par Bernard Lapasset et Tony Estanguet, les deux coprésidents du Comité de candidature, et par la maire de Paris Anne Hidalgo, l’Allemand n’a pas tari d’éloge sur la candidature parisienne.

« Paris 2024 touche tous les points de l'Agenda 2020: la durabilité, l'engagement social, le rôle central des athlètes », a ainsi précisé Thomas Bach par référence aux réformes instaurées fin 2013 pour rendre les Jeux moins dispendieux. « A titre personnel, je peux vous dire que je suis vraiment impressionné par l’unité de la France et par l’unité du monde politique et du monde sportif. Et du grand soutien dont bénéficie la candidature dans la population » a-t-il repris au micro RFI de Laurence Théault, avant de repartir.

Son court séjour parisien avait commencé par un détour à l’INSEP (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance), dans le bois de Vincennes, où l’attendaient entre autres plusieurs escrimeurs français, dont ceux de 1976, une attention à laquelle a évidemment été sensible celui qui fut champion olympique de fleuret par équipe à Montréal devant l'Italie et la France.

Des réponses à toutes les questions

« Ma visite à Paris a commencé de manière extraordinaire. C'était très émouvant et intéressant de rencontrer ces athlètes du présent et du futur et de retrouver les copains de l'escrime française », a-t-il reconnu. Le président du CIO a également donné le coup d'envoi d'un match de foot entre un club de parisien et une équipe de réfugiés, sujet auquel il est sensible, et il a pu profiter des bords de Seine où se déroulait la 15e Nuit Blanche, événement culturel annuel.

Flanqué du trio Kevin Mayer (médaille d’argent au décathlon à Rio 2016), Marie-Amélie Le Fur (triple médaillée aux J.O. paralympiques en 2012 et en 2016) et Marie José Pérec (médaillée d’or sur 400 m en 1992 puis sur 200 m et 400 m en 1996), Thomas Bach a également rendu visite à François Hollande qui l’a reçu à l’Elysée pour réaffirmerl’engagement de la France derrière le projet parisien.

« Je me souviens très bien de nos premières conversations au sujet du projet parisien, en 2013 », a rappelé le président du CIO au chef de l’Etat, avant de se voir offrir un drapeau olympique datant des JO 1924, les derniers organisés à Paris. « Vous m'aviez posé des questions et je vous félicite de ce que vous avez fait des réponses, d'avoir rassemblé les sportifs, les politiques et les Français derrière la candidature. Cela n'a pas toujours été le cas des candidatures françaises par le passé » a-t-il renchéri, une allusion aux échecs passés.

En réponse, François Hollande a assuré le CIO et son président du plein engagement de la France derrière Paris, notamment sur la sécurité, préoccupation majeure des membres du CIO. « La sécurité, c'est notre priorité majeure, la condition préalable que nous devons assurer aux athlètes du monde entier », a indiqué François Hollande, en rappelant que la France avait organisé avec succès l’Euro 2016 de football ainsi qu’une quarantaine de championnats du monde ces dernières années.

La bonne stratégie

« On est ravis, tout s’est très bien passé » s’est pour sa part félicité Tony Estanguet, interrogé au téléphone par Christophe Jousset du service des sports de RFI. « Depuis deux ans, on travaille sur la stratégie de cette candidature : le fait de capitaliser sur des sites existants mais aussi des sites emblématiques, essayer de sortir un peu la magie de Jeux et des stades, de nous appuyer sur des fans-zones comme cela a été le cas pendant l’Euro, a poursuivi le triple médaillé d’or en canoë (2000, 2004, 2012). Et il nous a confortés dans ces choix ».

Même si la visite de Thomas Bach n'aura pas une incidence directe sur le choix de la ville choisie pour les JO de 2024, car il ne vote pas, la très bonne impression laissée par Paris est de bon augure dans la mesure où M. Bach peut convaincre d’éventuels indécis parmi les membres du CIO appelés à voter dans 11 mois et demi (le 13 septembre 2017) à Lima, au Pérou. Reste que si Budapest semble à présent distancé et que Rome n’est plus en course,Los Angeles et l’art américain du lobbying seront des adversaires difficiles à battre pour l’obtention de Jeux olympiques qui se sont déjà refusés par trois fois à Paris depuis un quart de siècle (1992, 2000, 2012).

 

Tags:

A- A A+