Aujourd'hui :

ivoireactu ivoireactu ivoireactu ivoireactu

Tchologo Festival 2015 : Voyage au c½ur de la tradition Sénoufo

Tchologo Festival 2015 : Voyage au c½ur de la tradition Sénoufo

Source : L’intelligent d’Abidjan

Le président de l’Assemblée Nationale de la Côte d’Ivoire Guillaume Soro, a procédé, jeudi 31 décembre 2015 à Ferké, à la clôture de la 5ème édition du Tchologo Festival, une des plus grandes rencontres ivoiriennes des arts et de la culture dans le pays profond. Du 28 au 31 décembre 2015, la région du Tchologo a offert à ses visiteurs, et à ses filles et fils un voyage au c½ur de la tradition Sénoufo à la place Alassane Ouattara de Ferké. Sous la houlette de Guillaume Soro, député de Ferké et initiateur du Festival des danses traditionnelles dénommé « Tchologo Festival 2015 ». Il a souligné que, cette 5ème édition a mobilisé plus d'une centaine de représentations et de danses venues des trois départements que compte la région (Ferké, Ouangolo et Kong), la région de la Marahoué et les villes de Sikasso (Mali) et Banfora (Burkina-Faso) qui ont été invitées spécialement à prendre part au Tchologo Festival 2015 où les groupes locaux de danse rivalisaient d’ardeur et de talent. Malgré quelques difficultés éprouvées au démarrage, la 5ème édition du Tchologo Festival a fait montre d’une double dimension : l’originalité et la grandeur. Une originalité qui caractérise non seulement l’idée qui a germé dans l’esprit de l’initiateur Guillaume Soro, mais qui se perçoit aussi à travers les prestations des différentes danses : rythmes et cadences du terroir Sénoufo, accoutrements traditionnels, instruments de musique et autres objets authentiques, faits, gestes et mimiques du vécu quotidien en milieu rural. Le tout, agrémenté par des chansons mélodieuses du folklore sénoufo et les trémoussements plaisants des danseurs qui selon, Coulibaly Metapenan Lambert, commissaire général du Tchologo Festival 2015, se sont livrés quatre jours durant, à une spectaculaire débauche d’énergie. La grandeur de cette manifestation s’est illustrée à première vue, par la présence d’un nombre de personnalités de marque. Le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Coulibaly Gnénéma, le ministre des Affaires Étrangères de la République démocratique du Congo à la tête d’une forte délégation de son pays et de la Guinée-équatoriale, le préfet de la région, le président du Conseil régional, des élus et cadres de la région du Tchologo, sans oublier la présence des chefs coutumiers et traditionnels de plusieurs villes et villages sénoufo… Les populations et les cadres de Ferké ont apprécié cette initiative de Guillaume Soro qui a « permis au tourisme et à la culture, de se donner la main », a dit Coulibaly Metapenan Lambert, tenant ainsi en éveil les valeurs qui « s’étoilent au contact du modernisme ». En émettant le v½u de voir édifier le Tchologo Festival au patrimoine mondial de l’UNESCO, les populations de la région ont promis de pérenniser l’½uvre de leur fils Guillaume Soro. Une ½uvre qui, pour Coulibaly M. Lambert, « doit inspirer les filles et fils, pour imprimer une dynamique nouvelle au développement qui sache accorder à la culture la place qui lui revient ». Au terme de la 5ème édition du Tchologo Festival, le président du parlement ivoirien a exprimé son ambition d’inscrire sa région dans une synergie compétitive. Outre les activités périphériques qui ont meublé le festival au cours de ces quatre jours à travers les trois départements de la région, un feu d’artifice et un concert géant gratuit ont été offert par le PAN à la population à l’occasion du nouvel an. Artistes invités, J-B M’Piana et son orchestre Wengué Musica, Espoir 2000, Débordeau DJ, DJKedevara, Claire Bailly, l’humoriste Boukari… Des milliers de personnes ont été émerveillées par la beauté du grand feu d’artifice offert par Guillaume Soro. Pour avoir suscité de la curiosité, la beauté du feu d’artifice à Ferké a ébloui toute la ville. Ils étaient venus de Korhogo, Sinématiali, Ouangolo, Kong, Tafiré… pour apprécier les différents motifs lumineux. Comme eux, certains sont venus des villages aux alentours de Ferké à pied, à vélo, à moto ou à dos d’âne, pour ne pas se faire conter cette beauté et l’émotion. Qui avec des caméras, qui à l’aide de leur téléphone-mobile ont filmé la beauté des fresques qui a plongé les Ferkois dans un monde de rêve.

Tags:

A- A A+